Cloro'Fil concept

La bonne santé de Cloro’Fil Concept

Spécialiste du textile à destination de la santé, l’entreprise de Bully est en plein développement. Déjà à la pointe de l’innovation, la société a bénéficié de la crise sanitaire pour accroître son développement. 

La persévérance de Caroline L’Huillier, gérante de l’en­treprise spécialisée dans la conception et la vente de produits textiles innovants à destination des hôpitaux, des prisons, des crèches, des Ehpad ou encore du monde de l’hôtel­lerie, a fini par payer. D’abord parce que cela fait plusieurs an­nées que Cloro’fil Concept con­naît une croissance à deux chiffres, mais surtout parce que l’entreprise a positionné son of­fre pour répondre à la crise sa­nitaire. 

Depuis dix ans qu’elle est ins­tallée dans la zone de la Plagne, à Bully, l’entreprise n’a cessé d’inventer en proposant une large gamme de produits allant du tablier de tri pour le person­nel s’occupant du linge sale aux gants de toilette en passant par les draps, les oreillers, les matelas et des housses de couettes commercialisés sous la marque Hyg’innov®. Des produits ther­mosoudés qui sont, aujourd’hui, la seule gamme de literie imper­méable et brevetée pour la pré­vention des infections nosoco­miales. « Jusqu’à présent, je travaillais beaucoup dans la prévention des patients, mais aussi du personnel, explique Caroline L’Huillier. Même si cela marchait bien, cela n’intéressait pas grand monde, surtout par manque de budget ».

1000 oreillers pour les services Covid des hôpitaux. 

Puis la crise est venue et si, dans un premier temps, Cloro’fil Concept a vu la demande stop­pée nette, l’activité est vite re­partie. « Un jour, un client m’a appelé pour me commander des blouses et j’étais la seule en France à pouvoir en fournir, ra­conte la gérante. J’ai donc ven­du énormément de blouses mais aussi beaucoup de tissus à des distributeurs qui n’en trou­vaient pas ». L’entreprise a éga­lement proposé 1000 oreillers pour les services Covid des hô­pitaux avec une réduction de 30 %, alors que dans le même temps, elle a fait un don d’un matelas et de 10 oreillers à l’hô­pital de I’Arbresle. Résultat, les CHU de Lille, Valence, Saint­-Vallier et Orléans ont saisi l’op­portunité … Tout comme le sec­teur hôtelier qui, avec l’apparition du virus, s’est rapi­dement rapproché des normes d’hygiènes en vigueur à l’hôpital pour protéger son personnel et ses clients. 

« Ces produits, fabriqués en Europe, permettent outre le vi­rus, de combattre les bactéries, les acariens ou les punaises de lit. lis intéressent donc forcé­ment le milieu de l’hôtellerie », confie Caroline L’Huillier qui, durant les premiers mois de la crise, développera sept modèles de blouses et plus de 12 nou­veaux produits. « Nous avons une capacité de développement des produits très rapide, ce qui nous permet de sortir des arti­cles qu’on ne faisait pas jusqu’à présent », ajoute la gérante qui, après avoir vu le chiffre d’affai­res de l’entreprise fortement chuté pendant le premier mois de la pandémie, a finalement réalisé une année exceptionnel­le. En un an, le chiffre d’affaires est en effet passé de 1,5 million d’euros à 2,1 millions d’euros. « Désormais, notre objectif est de réaliser un chiffre de 2,3 millions l’an prochain ». 

Un déménagement prévu à Sarcey.

Un objectif largement réalisa­ble d’autant que les perspecti­ves d’évolution de l’entreprise sont très encourageantes. « Nous avons réalisé un audit organisationnel et nous nous structurons », confie Caroline L’Huillier. Le développement de l’entreprise va également passer par un déménagement puisque Cloro’Fil Concept va quitter ses locaux de Bully dont elle est lo­cataire pour s’implanter dans la zone de la Noyeraie, à Sarcey, sur un terrain de 1.640 m². « Cela fait trois ans que nous cherchons à déménager car nous manquons de place et les locaux ne sont plus adaptés », poursuit la cheffe d’entreprise qui a saisi l’opportunité d’ac­quérir le dernier terrain à com­mercialiser dans cette zone d’activité. Dans un premier temps, il est prévu de construire un bâtiment de 600 m² compre­nant un entrepôt, des bureaux, un quai de chargement, mais aussi un « petit » showroom et une salle de sports pour les sa­lariés. Mais ce projet de déve­loppement prévoit également de réintemaliser l’atelier coutu­re afin de continuer à proposer des produits de fabrication 100 % française, en développant des partenariats avec d’autres entreprises du territoire (tissage, tricotage, teinture … ). « Nous sommes d’ailleurs en train de confectionner une blouse réver­sible imperméable 100 % fran­çaise »  explique Caroline L’Huillier. 

Pour accompagner ce dévelop­pement, l’entreprise, qui comp­te actuellement huit salariés et des consultants extérieurs, en­tend recruter quatre personnes supplémentaires. « Nous avons déjà recruté un responsable d’entrepôt l’an dernier et une acheteuse il y a un mois », con­clut Mme L’Huillier qui, désor­mais, recherche en priorité un commercial et une couturière « afin de réaliser des prototy­pes».

En chiffres :

0 millions d'euros
Le chiffre d'affaire de Cloro'Fil Concept arrêté au mois de juin 2020.
0 salariés
De l'entreprise qui entend recruter au moins quatre personnes supplémentaires.
0 références
Sont proposées par l'entreprise qui, pendant la crise du Covid, a développé 12 nouveaux produits.
0 euros
Le prix d'achat du terrain dans la zone de la Noyeraie à Sarcey.