La blanchisserie hospitalière de l’EPSM Saint-Venant passe au tout-séché

La blanchisserie hospitalière de l’EPSM Saint-Venant passe au tout-séché

La blanchisserie hospitalière de L’EPSM de Saint-Venant (62) va démarrer le tout-séché pour son linge de lit. Ce concept, importé du Canada et adapté au besoin français par Cloro’fil Concept permet désormais à la blanchisserie de se dispenser du passage en calandre.

La blanchisserie traite 1,5 tonne de linge par jour, dont une grande partie de linge séché et de vêtements pour les patients. Une innovation accueillie avec enthousiasme par Valérie Wyart, responsable de la blanchisserie :

« Le passage au tout-séché devrait nous permettre une continuité de l’activité et le maintien de la totalité de la fonction linge tout en conservant les compétences, la qualité de la prestation avec un minimum d’investissements en matériel. Les essais effectués dans les services de soins ont permis de mesurer la satisfaction des patients pour cette méthode. La réfection des lits en tout séché engendre un gain de temps par rapport aux draps plats et évite de faire des nœuds aux coins des draps pour les maintenir en place, sachant que ces nœuds posent problème en blanchisserie. De plus, la préclassification du linge sale dans les services se voit limitée dans la mesure où la taie d’oreiller, le drap de dessus et celui de dessous peuvent être mis dans le même sac de linge sale. En blanchisserie, les opérations de tri du linge sont également facilitées car il est possible de traiter ensemble ces trois articles du lavage au séchage. À l’expédition, le repérage des différentes pièces peut être réalisé rapidement à l’aide de couleurs distinctes. Le principal avantage de ce concept pour la blanchisserie est de s’affranchir du train de repassage en orientant les articles concernés sur les séchoirs, nettement moins onéreux en investissement et en consommation d’énergie, en passant notamment sur des séchoirs gaz au lieu de la vapeur pour la calandre actuelle. »

3 Questions À… Caroline L’Huillier, Directrice Générale De Cloro’Fil Concept

Qu’est-ce que Jers’innov, le concept Jersey ?

Je travaille sur Jers’innov, le concept Jersey depuis plus de dix ans. Importé du Canada, nous avons adapté ce concept original de draps à la France. Nous l’avons proposé à l’hôpital de Mont-de-Marsan qui a été le premier à le tester. Depuis, nous l’avons fait évoluer pour mieux répondre aux exigences de la literie hospitalière. L’idée est d’apporter des solutions qui puissent satisfaire à la fois le patient, le soignant et le blanchisseur.

En quoi Jers’innov est-il différent des autres solutions ?

Taille, texture, ajustement, tout a été repensé avec le patient, le soignant et le blanchisseur. Le drap s’adapte, par exemple, à des matelas à eau qui ne peuvent pas être bordés. Ce concept apporte plus de confort au patient. Pour le soignant, la réfection du lit est facilitée, car il peut se faire en deux fois moins de temps et surtout en réduisant le nombre de gestes. Enfin, pour la blanchisserie, c’est une économie substantielle, puisqu’il n’y a plus besoin de train de repassage. Il suffit de posséder une laveuse et séchoir. De plus, le poids du drap de dessous est réduit de façon significative (- 25%) par rapport au drap plat. Nous avons fait une étude avec une blanchisserie qui passait 7 000 draps plats par jour. En choisissant le drap-housse Jers’innov, elle économisait une heure de tunnel de lavage par jour.

Est-ce un produit réservé au secteur hospitalier ?

Au départ, il a été conçu comme tel, ensuite la demande s’est élargie aux Ehpad, puis à l’hôtellerie. Pour ces derniers, les produits sont différents en termes de tailles (pour les lits doubles), de grammage et de couleur, mais nous avons gardé la notion de confort. Cela permet à ces établissements de maintenir une blanchisserie en interne, sans avoir de calandre.

Voir l’article de presse

Partager